La manière de parler

Votre voix transporte vos idées et vos émotions jusqu’à l’oreille de votre interlocuteur. Un ton de voix hasardeux associé à une parole mal maîtrisée et l’ensemble de vos idées n’arriveront que difficilement dans l’esprit de la personne avec qui vous conversez.

Restez maître de vos mots

Commençons par ce qui est probablement le conseil le plus difficile à appliquer de la page, notamment pour les personnes anxieuses de nature : ne bafouillez pas! Votre interlocuteur ne doit saisir aucun tremblement dans votre voix lorsque vous avez la parole…

Il n’est pas bien grave si vous constatez que vos mots se prennent les pieds dans le tapis lorsque vous parlez avec des inconnus, tout cela passera lorsque vous aurez pris l’habitude de discuter fréquemment avec les gens. L’expérience arrive généralement à éloigner le stress et gomme par extension pas mal de difficultés oratoires. Si tel n’est pas le cas et que vous avez tendance à bafouiller en toute circonstance, n’hésitez pas à consulter un orthophoniste qui vous aidera à résoudre le problème ou vous orientera vers un spécialiste capable de le résoudre si le problème n’est pas d’ordre physique.

Parlez toujours assez fort pour être entendu… mais pas trop!

Ne parlez jamais du bout des lèvres, sauf pour faire des confidences. Il ne faut pas que la personne face à vous fasse un effort quelconque pour vous entendre car cela rend la discussion difficile pour les deux parties.

A l’opposé, si vous avez pour habitude de hurler, revoyez votre niveau de décibel à la baisse…

Articulez

Ce problème va souvent de paire avec un débit de parole trop élevé. Les personnes qui parlent vite lorsqu’elles ne sont pas habituées à le faire oublient souvent des syllabes dans leur gorge. Prenez votre temps pour articuler, vous serez mieux compris et on vous demandera moins souvent de répéter vos phrases. La discussion n’en sera que plus agréable.

Reprenez votre souffle

La conversation n’est pas un concours d’apnée. Il ne s’agit pas de prendre de longues inspirations en faisant des pauses entre vos phrases mais de ne pas arrêter de respirer. Faire des phrases courtes est le meilleur moyen de pouvoir reprendre votre souffle de manière naturel. Le but n’est pas de casser le dynamisme de la discussion pour autant, ces moments de flottement permettent à l’autre d’avoir l’occasion d’intervenir dans la discussion sans vous couper la parole…

Ne trichez pas

Si vous n’aimez pas votre voix, consacrez quelques heures par semaine pour la modifier sur le long terme, cela sera plus productif que d’imiter une voix qui vous convient lorsque vous vous tenez en présence d’une personne qui vous plaît. Ne prenez jamais une voix presque caricaturale si vous n’êtes pas capable de la tenir plusieurs heures d’affilé, il n’y a rien de plus pénible que de parler alternativement à Barry White et René la Taupe.

Alternez différentes intonations de voix :

Ce que vous racontez ne sera intéressant que si vous vous y prenez bien pour le faire… Le ton de la voix est ainsi primordial pour conserver l’attention d’un interlocuteur. Prenez grand soin d’alterner différentes tonalités pour mieux faire passer vos émotions.