L’autodérision

Si l’auto-dérision peut vous aider à faire rire les autres, l’auto dénigrement aura l’effet inverse. Il s’agit de bien faire la différence entre les deux sous peine de vous planter totalement dans vos rapports sociaux.

Tout d’abord, pour tenter de vous faire comprendre la différence, nous allons prendre deux phrases identiques et y répondre par deux phrases ayant la même signification, l’une étant basée sur l’auto-dérision, l’autre étant basée sur l’auto dénigrement :

Exemple d’autodérision maîtrisée :

L’autre : Alors comme ça, tu es célibataire?
Vous : « Tu as bien vu ma tête? Qui pourrait avoir envie de se caser avec moi ?» (phrase prononcée avec le sourire)

Exemple d’autodérision mal maitrîsée :

L’autre : Alors comme ça, tu es célibataire?
Vous : « Non, je suis assez moche comme tu peux le voir donc je ne peux pas plaire…» (phrase prononcée avec désespoir).

Quoi qu’il arrive, la réponse de votre interlocuteur sera probablement complaisante et devrait se rapprocher de « Mais non, tu n’es pas moche », cependant en fonction de la manière dont vous avez formulé votre réponse, vous allez créer une émotion.
Dans la première tournure de phrase, vous allez communiquer le sourire à votre interlocuteur (émotion positive) tandis que dans le second exemple, vous allez susciter de la pitié (émotion négative).

Là est la clef, car plus vous donnerez d’émotion positives aux gens avec qui vous parlez, plus vous allez être apprécié par ces derniers. Si vous encombrez une soirée d’émotions négatives, alors les gens ne seront pas très à l’aise avec vous et risquent de ne pas avoir envie de vous revoir.

La limite entre l’auto dérision et l’auto dénigrement est très mince, si vous vous y prenez bien (et que vous ne le faites pas trop souvent pour éviter le comique de répétition), vous serez considéré comme quelqu’un qui ne se prend pas au sérieux, si vous vous y prenez mal, vous allez passer pour quelqu’un qui n’a pas confiance en lui…

Dans le doute, évitez de prononcer certaines phrases…