Marcher dans la rue

Vous avez probablement appris à marcher aux alentours de votre premier anniversaire et progressivement, vos déplacements se sont fait moins improbables que ne l’étaient vos premiers pas… Il est aujourd’hui temps de régler quelques détails pour apprendre à marcher dans la rue de manière élégante.

Vitesse de marche lorsqu’on est seul dans la rue

La vitesse joue un rôle primordial dans l’élégance d’une personne qui marche dans la rue. Quelqu’un qui marche trop vite aura naturellement tendance à amplifier ses mouvements de bras pour mieux fendre l’air et conserver un certain équilibre, ce qui provoquera un rendu désagréable et manquant de naturel.

Le meilleur moyen de vérifier si votre vitesse de marche est convenable est de la comparer à celle des piétons qui gravitent autour de vous. Si vous doublez trop de gens, votre cadence de pas est trop élevée et on risque de vous trouver pressé ou stressé.
Si trop de gens vous passent devant, votre vitesse est trop faible et vous devriez l’augmenter légèrement pour éviter d’avoir l’air nonchalant.
Si votre pas est naturellement similaire à celui des autres, alors vous avez la vitesse optimale, conservez la et n’accélérez le rythme que lorsque vous êtes en retard.

Prenez en considération votre taille et votre âge pour calibrer votre vitesse, il est communément admis qu’une personne jeune et de grande taille marche plus vite qu’une personne plus âgée et de taille plus modeste. Si vous mesurez deux mètres et venez de fêter vos 25 ans, ne commencez pas à vous poser des questions car vous avez doublé sept octogénaires dans la même rue.

Si vous êtes absolument seul dans les rues ou dans la nature, la meilleure vitesse de marche est toujours celle à laquelle vous vous fatiguez le moins, un rythme trop ou pas assez soutenu vous épuisera toujours plus rapidement qu’une marche naturelle.

Mouvements des bras :

Vos mouvements de bras doivent être à la fois gracieux et harmonieux, ne marchez pas comme un robot ou un militaire en fonction, bras droits et inflexibles comme si ils étaient fixés à un bâton. Vous avez un coude, alors n’hésitez pas à le plier légèrement…

Restez souple dans vos gestes et limitez le plus possible les mouvements amples que vous pourriez faire avec les bras.

Tête et yeux :

Gardez la tête droite, légèrement relevée de manière à ce que votre votre mandibule (mâchoire inférieure) soit presque parallèle à vos pieds. Dans l’idéal, vous devriez avoir un champ de vision vous permettant d’observer tout ce qui se passe à plus de 100 mètres. Si vous ne pouvez voir que vos chaussures et les mollets de la personne qui marche juste devant vous, votre tête est trop basse. Gardez la tête haute et cessez de la rentrer dans vos épaules.

Dos :

Lorsque vous marchez, votre dos doit rester droit, c’est une règle simple et pourtant énormément de personnes en pleine force de l’âge marchent de manière voûtée. Si vous êtes jeune, il n’y a probablement rien qui justifie votre posture courbée.

Épaules:

Ne rentrez pas à l’intérieur de votre corps, comme vous le faites lorsqu’il pleut. Gardez les droites.

Jambes :

Ne marchez avec les jambes arquées que si vous êtes une grenouille ou que vous avez un pépin physique vous empêchant de vous déplacer normalement. Vos jambes doivent rester droites et il en va de même pour vos pieds.

Manifestement, la mode de marcher en boitant est terminée mais il fut une époque où beaucoup de personnes marchaient comme si on leur avait enlevé 20 centimètres à une jambe. Si un jour cette mode revient, ne la suivez pas!!!

Marcher d’un pas léger

Il est très difficile d’expliquer comment marcher d’un pas léger car il n’y a que l’entraînement qui vous permettra de le faire de manière discrète voire presque imperceptible.

Tout réside dans la répartition du poids lorsque vous posez le pied à terre. Faites le petit à petit, en commençant par le talon et en terminant par la pointe. Un poids plume ne suffit pas à marcher d’un pas léger. Beaucoup de personnes, peut-être votre voisin du dessus, pèsent entre cinquante et soixante kilos mais font un vacarme énorme lorsqu’ils se déplacent.

A l’inverse, un poids élevé ne signifie pas que vous devez vous déplacer en faisant plus de bruit qu’un enfant qui exprime son mécontentement en tapant des pieds. Les tigres peuvent peser jusqu’à 300 kilos, pourtant les entendre marcher relève de l’exploit.